Attendez-vous
à plus
Écouter en direct
Derek Jeter le 14 mai lorsque les Yankees ont retiré son # 2/AP
MIAMI - Le président des Marlins de Miami, David Samson, a fait savoir qu'une entente de 1,2 milliard $ a été soumise au baseball majeur pour vendre l'équipe à un groupe incluant Derek Jeter, samedi.

Le comité des ligues majeures sur la propriété va réviser la transaction mercredi lors d'une réunion des propriétaires, à Chicago. Les Marlins s'attendent à ce que la vente soit approuvée en septembre et la transaction conclue en octobre.

Au moins 75 pour cent des équipes du Baseball majeur doivent approuver la vente orchestrée par Jeffrey Loria, qui détient les Marlins depuis 2002.

Jeter prévoit être un propriétaire minoritaire du groupe mené par le spécialiste en capital de risque Bruce Sherman, qui sera l'actionnaire majoritaire.

Jeter, un membre de 14 équipes d'étoiles, en 20 ans avec les Yankees de New York, va être responsable des opérations baseball et du côté affaires.

«J'ai appris à le connaître au fil du processus, a dit Samson. C'est un individu extrêmement intéressant, articulé, intelligent et contemplatif. Au-delà de ses chiffres dignes du Temple, la question est son aptitude à posséder une équipe et son désir que ça se concrétise. Il a très clairement communiqué sa volonté.»

Une personne au courant du dossier avance que le groupe inclut plus de 10 entités.

Sherman a passé une bonne partie de sa carrière dans la finance à New York. Il a une résidence à Naples en Floride.

Loria, 76 ans, est depuis longtemps critiqué pour ses manières perçues comme trop économes et le financement public qui a aidé à la construction du Marlins Park, inauguré en 2012. Les Marlins n'ont pas atteint les séries depuis 2003 et depuis 12 saisons, ils ont été 11 fois derniers pour l'assistance dans la Nationale.

Samson a toutefois défendu Loria, qui a été propriétaire du club plus longtemps que Wayne Huizenga et John Henry combinés.

«Je crois que le temps va montrer qu'à travers vents et marées, son engagement envers Miami n'a jamais fléchi, a dit Samson. C'était difficile de dire la même chose à propos de ses prédécesseurs.»