Agourram et les Norvégiens

| 2 Commentaires

J'ai collaboré brièvement pour Québec Soccer à l'été 2009. À l'époque, on m'avait demandé de réaliser un court portrait d'un attaquant prometteur qui flambait avec l'Attak de Trois-Rivières.

100% Soccer sur Facebook>>
100% Soccer sur Twitter>>

Au téléphone, la voix timide du jeune homme de 18 ans tranchait véritablement avec le taureau des terrains doté d'un sens du but et d'une technique remarquables qu'on m'avait décrit. Il m'avait parlé de Drogba, d'Ibrahimovic avec un sourire dans la voix. Il savait que son nom circulait et que sa chance allait venir. Vous l'aurez compris, il s'agissait de Reda Agourram.

Ce même Reda Agourram qui a été libéré par l'Impact de Montréal, mardi après-midi. Peut-on en vouloir à l'Impact ? Pas vraiment. Marsch et son équipe ont jugé qu'Agourram n'était pas prêt à évoluer dans les grandes ligues. La meilleure chose à faire était donc de lui rendre sa liberté.

Chaque joueur a besoin d'un temps d'adaptation. Pour certains il est très court, pour d'autres il dure plusieurs mois. Agourram est un jeune joueur, et il n'a pas eu l'occasion d'appréhender toutes les ficelles du haut niveau, et de se bâtir la confiance nécessaire pour exprimer son plein potentiel. Après tout, il n'a disputé que 30 matchs avec l'Impact, dont seulement 12 comme partant - et il n'a pas été épargné par les blessures... C'est bête à dire, mais Montréal s'en vient trop vite pour lui dans la MLS.

Est-ce qu'il suivra une trajectoire à la André Hainault, en devenant un joueur dominant en Amérique du Nord après avoir bourlingué quelque peu ? C'est tout ce que je lui souhaite ! Après tout, ce n'est pas innocent si mon portrait avait été publié dans Québec Soccer avec le titre « Buteur né ».

Ils sont fous ces Norvégiens

Vous vous rappelez de l'électrochoc-soccer ? Il y a plusieurs semaines, je vous avais montré une vidéo d'une émission de télévision norvégienne où les animateurs s'étaient amusés à envoyer des décharges électriques à des joueurs afin d'influer sur le cours d'une partie.

Eh bien comme ces gars-là (Johan Golden et Henrik Elvestad) sont des grands malades, ils ont récidivé en inventant encore une autre pratique : le soccer-bulles. Le principe est simple : deux équipes s'affrontent selon les règles habituelles du jeu, sauf que la partie supérieure du corps des joueurs est protégé par une bulle, et que les contacts sont encouragés !

Pour l'anecdote, le club de Fredrikstad a battu ses rivaux de Sarpsborg 08 par la marque de 2-1.



2 Commentaires

Dommage pour Reda, il a toujours su performer contre les gros club (Fiorentina et New York entre autre) et je suis certains qu'il aurait bien fait en MLS à court et à long terme... En espérant le revoir avec le club Montréalais dans les prochaines années.

mouahahahahaha trop bon le coup du soccer englobé