« Di Vaio ? Je plains les défenses adverses »

Alors ça y est. Après des mois de spéculations, le dossier du joueur désigné avance du côté de l'Impact. Par la voix de Nick De Santis, la direction avait déjà annoncé être en contact avec quatre ou cinq joueurs de premier plan en Europe, mais seul le nom de Marco Di Vaio avait filtré dans la presse.

Les choses se sont accélérées quand SoccerPlus a indiqué qu'une entente avait été conclue entre le joueur et l'Impact le 29 avril. Puis, mercredi, après le match nul entre Montréal et Toronto au Stade olympique, Clément Lacord, journaliste à France Football, confirmait la nouvelle, ajoutant que le contrat devrait lier les deux parties de juin 2012 à novembre 2013 (avec deux années en option) et que Bologne avait accepté de libérer gratuitement Di Vaio de sa dernière année de contrat. Enfin, vendredi, l'intéressé a lui-même indiqué au cours d'une conférence de presse qu'il quitterait son club actuel à l'issue de la saison, et que l'Impact lui avait fait une offre intéressante. Les dirigeants de l'IMFC l'attendent à la fin du mois de mai, afin de lui faire découvrir la ville.

Je me suis entretenu avec Clément Lacord, qui nous parle des caractéristiques du joueur. À l'entendre, pas de doute, les Montréalais vont adorer « MDV », alors que les défenses adverses devraient le haïr.

****

Clément, quelles sont les forces et les faiblesses de Marco Di Vaio ?

Avec Di Vaio, on parle ici du buteur-né, du finisseur instinctif, du goleador de classe internationale. C'est le profil type de l'attaquant qui ne se sent à l'aise qu'une fois entré dans la surface de vérité. Mais son activité sur tout le front de l'attaque lui permet aussi de prendre les espaces et d'en dégager pour ses partenaires. Après, à 35 ans, il est forcément contraint de mieux gérer ses efforts sur 90 minutes qu'il y a dix ans. Mais son instinct de tueur, son expérience et son touché de balle toujours aussi gracieux ne pourront faire que du bien à l'Impact, en sérieux manque de réalisme depuis le début de saison.

Di Vaio vient de disputer ce qui pourrait être sa saison la moins accomplie avec Bologne. Coïncidence ou signes d'un déclin ?

Di Vaio réalise, certes, sa saison la moins aboutie dans ce club mais il vient tout de même de passer la barre des dix buts inscrits en championnat pour la onzième fois de sa carrière. Beaucoup d'attaquants rêveraient d'atteindre un tel total au moins une fois dans leur vie. La Serie A fait partie des quatre meilleurs championnats au monde et requiert des qualités physiques hors normes. Il est tout à fait logique de constater qu'un avant-centre de cet âge commence à décliner.

Di Vaio, qui allie talent et renommée, semble avoir le profil idéal pour réussir dans la MLS...

Bien sûr, cela ne fait aucun doute. Plusieurs équipes européennes de premières divisions auraient aimé pouvoir mettre la main sur lui, c'est qu'il a forcément de beaux restes ! Ces joueurs comme Raul, Del Piero ou Henry sont immortels, ils font partie de la race des géants. Tant qu'ils éprouvent du plaisir et l'envie de jouer, rien ne peut les arrêter. Je souhaite en tout cas bonne chance aux défenses adverses.