Taille du texte :
Partager :
Sauvegarder :
  • Imprimer

Lucic adore jouer contre le CH

Publié par 98,5 fm pour 98,5fm Sports le jeudi 17 décembre 2015 à 13h37. Modifié à 16h58.
Lucic adore jouer contre le CH
(AP Photo/Gene J. Puskar)

(98,5 Sports) - Milan Lucic a longuement été au coeur de la rivalité Bruins - Canadiens, mais cette fois-ci ce sera dans l'uniforme des Kings.

Le gros attaquant était bien heureux d’être de retour à Montréal, lui qui a discuté pendant de longues minutes avec les membres des médias, quelques heures après son tout premier match face aux Canadiens, en tant que membre des Kings.


« Je suis bien heureux d’être ici. C’est toujours spécial de jouer à Montréal. Plusieurs des moments les plus marquants de ma carrière ont eu lieu contre le Canadien. Mais, en même temps, c’est un peu différent que c'était avant. »


Depuis son arrivée à Los Angeles, Lucic a changé sa façon de faire. Ses minutes de punitions sont à la baisse (22 minutes) et il compte 10 buts et 20 points, bon pour le troisième rang chez les Kings.


« Jusqu’à récemment, chaque équipe avait des joueurs qui étaient prêts à se chamailler ici et là, mais aujourd’hui il n’y en a presque plus. Remarquez qu’après les sifflets, il n’y a presque plus de brasse-camarade. C’est là où j’accumulais des minutes de punition, je ne suis pas le genre à faire trébucher ou à accrocher. C’est au niveau de la robustesse que j’étais puni. N’ayant plus de partenaire de danse, je me concentre sur le hockey. »


Selon Lucic, son changement de mentalité était nécessaire pour assurer sa survie dans la LNH.


« Aujourd’hui tous les joueurs sans exception doivent pouvoir patiner sur 200 pieds sans quoi tu deviens un maillon faible pour ton équipe. Ce n’est pas pour rien que les buts sont à la baisse, il n’y a plus un seul joueur facile à déjouer dans cette ligue. »


Lucic a entendu parler du fait que la rivalité Canadiens – Bruins avait perdu un peu de son intensité depuis son départ, mais pour lui c’est seulement le cheminement naturel de l’évolution du hockey.


« C’est certain que la violence joue un rôle important dans les rivalités. Je pense que mes épisodes avec Mike Komisarek ont beaucoup fait pour alimenter la rivalité. Mais ce n’est plus comme ça maintenant, tout simplement. C’est certain que ça affecte les rivalités. Je ne sais pas comment ce sera ici contre les Ducks, nous n’avons pas encore joué contre eux, mais Canadiens – Bruins c’est difficile à battre, ça existe depuis toujours. »


Lucic n’est pas certain de l’accueil qui l’attend ce soir au Centre Bell, mais il avait déjà hâte de sauter sur la patinoire en fin de matinée.


« Je ne sais pas si je serai hué, probablement que oui, mais dans le passé je m’en suis servi pour vouloir devenir, à ce moment, l’homme de la situation. »


Où jouera Lucic l'an prochain?


Malgré le fait qu’il se plaise à Los Angeles, Lucic n’est pas certain d’y demeurer bien longtemps. Il devient joueur autonome sans compensation l’été prochain et pourrait bien choisir de signer ailleurs.


« Quand j’ai été échangé, j’étais sous le choc de voir que c’était Los Angeles étant donné le plafond salarial. Je sentais la soupe chaude à Boston avec le fait que nous avions raté les séries, mais de me retrouver ici, je ne m’y attendais pas. Finalement, j’aurais difficilement pu trouver mieux. Ça se passe très bien pour moi ici. »


Ceci dit, Lucic n’a pas caché qu’il aurait trouvé cela très plaisant de se retrouver à Vancouver, sa ville natale.


« Les rumeurs étaient dans l’air, ils étaient sur ma liste de clubs pour lesquels j’aurais accepté une transaction. Ça aurait été très cool. En même temps, je suis heureux ici maintenant. »


L’entraîneur des Kings Darryl Sutter se réjouit de l’acquisition de Lucic, indiquant que ce dernier livre exactement le style de marchandise qu’anticipé. Pour le défenseur Drew Doughty, Lucic joue un style de hockey parfait pour l'Association de l’Ouest et s’est très bien adapté au système de Sutter.


Encore l’histoire des tirs bloqués


Doughty a aussi réagi au texte du 98,5 Sports de mercredi, montrant que seulement deux équipes de la LNH possédaient une moyenne d’au moins deux tirs au but pour une tranche de deux minutes en avantage numérique.


« C’est vrai que c’est compliqué de diriger la rondelle au filet. Comme jeune défenseur offensif, on me disait souvent d’utiliser le lancer des poignets, mais lors des dernières années, ce tir ne se rend plus. J’y vais plus avec le tir frappé, mais encore là, ma contribution offensive a quand même diminué. »


Il a tout de même des conseils pour les jeunes défenseurs offensifs qui évoluent sur l’avantage numérique.


« Je suggère toujours le tir sur réception qui est plus difficile à bloquer. Dans le fond, tout ce que tu peux faire à la pointe c’est de t’assurer que ton tir franchisse le premier bloqueur, après cela, c’est vraiment hors de ton contrôle ce qui arrive au disque. »


En vrac


Jeudi matin après s’être entrainé pendant deux jours à Tremblant, les Kings ont tenu un entrainement optionnel au Centre Bell. Seul Jeff Carter a sauté son tour, préférant s’entrainer hors glace.


Les Kings ont perdu leurs deux derniers matchs après une séquence de six victoires de suite.


C’est Jonathan Quick qui sera devant le filet face aux Canadiens jeudi soir.


Jeremy Filosa / 98,5 Sports

98,5 sports » Hockey » Nouvelle